mind header
eshe

Adèle

[...]

  • Physiopolis
  • You say goodbye, I say konichiwa.
  • Nuits d’arabie…
  • Tout le monde debout !
  • Kowloon walled city : la ville sur la ville dans la ville
  • Les jeunes gens modernes
  • Tu mourras moins bête (mais tu mourras quand même)

Y a–t-il une vie après 25 ans?…

La jeunesse. Il y a peu de notions qui catalysent autant d’images préconçues, de préjugés…de nostalgies aussi. Pour ma part, chaque année est plus difficile que la précédente et j’ai du mal à accepter d’être désormais « de l’autre côté de la barrière ». Pourtant, je ne me sens toujours pas spécialement adulte malgré mon emploi stable, mes déclarations d’impôts et mes virées shopping qui feraient baver l’adolescente que j’étais. En plus, c’est impossible que je sois déjà une vieille vu que j’ai même pas encore de rides et je me pose toujours autant de questions métaphysiques. CQFD.

taliba

Récemment, plusieurs documentaires se sont intéressés à l’histoire de la jeunesse. Une très bonne émission sur Arte (avec Klapisch et Norman en featuring) et un long-métrage britannique sobrement intitulé « TEENAGE ». J’y ai appris que la notion de jeunesse est assez récente et date de l’après guerre. Auparavant, on naissait enfant puis on grandissait adulte, point. Et la transition entre les eux n’était pas franchement matière à états d’âmes. Il y avait bien les années d’études qu’effectuaient les « jeunes gens », mais en aucun cas la jeunesse n’en était la principale revendication. Les conflits qui ont marqué le début du 20e siècle ont donné aux jeunes un horizon pas vraiment marrant, qui a du coup entraîné beaucoup de rejets et de quêtes d’identité. Les premiers mouvements de « culture jeune » étaient nés.

Presque un siècle plus tard, ces « cultures jeunes » ont tellement pris d’ampleur que c’est désormais par rapport à elles que se raisonnent les sociétés. Les tendances, les contestations, les rebellions… Il n’y a pas un sujet où la jeunesse n’est pas brandie en avant comme gage de fraîcheur, de nouveauté, d’inventivité et de branchitude.

cold

Je comprends. C’est vrai que parfois, moi aussi j’aimerai bien être adolescente pour ne plus prendre de photos difformes de moi et enfin réussir à faire un beau selfie. Ou alors pour savoir quand et comment tchiper pour être cool. Ce genre de trucs superficiels et débiles me font envier la toute jeune génération (c’est-à-dire ceux de moins de 20 ans) et qui me donnent aussi l’impression de ne plus vraiment être dans la course.

birds

Je ne sais pas si vous le ressentez aussi, mais tout change tellement rapidement autour que je trouve ça dur de garder la cadence. Genre un jour l’événement ca va être deux russes qui montent sur une tour à mains nus. Le lendemain c’est les trois français sur le podium aux JO. Le lendemain encore c’est Philip Seymour Hoffmann qui s’avère être mort en plus d’être héroïnomane. Des fois, je me dis que mon corps et mon esprit n’ont vraiment pas besoin d’absorber toutes ces informations.